Les démarches pour financer la mobilité et la formation des enseignants en Europe

Comment financer la mobilité et la formation des enseignants en Europe ?
Voici la marche à suivre présentée par Estelle Duprat de l’Agence Erasmus +.

financer-la-mobilite-et-la-formation-des-enseignants-en-europe-lecafedufle

Bonjour Estelle, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour Corentin, bonjour à toutes et tous !

Chef de projet européen, c’est mon métier. Et l’éducation est pour moi un élément fondamental. Elle est puissante, elle nous donne la possibilité d’être libres et autonomes, c’est pourquoi j’ai décidé de consacrer ma carrière professionnelle aux programmes européens pour l’éducation et la formation. Après avoir géré des projets européens dans le domaine de l’enseignement supérieur, voilà plus de 10 ans que j’occupe des fonctions différentes au sein de l’agence nationale Erasmus+ France / Education Formation. Depuis quelques années, je soutiens particulièrement le secteur de la formation professionnelle et de l’éducation des adultes. Je suis donc actuellement chargée de développement du programme pour la France.

Pourriez-vous nous présenter Erasmus + et EPALE ?

Erasmus+, c’est LE programme européen pour l’Education et la Formation, la Jeunesse et le sport. Avec un budget de 14,7 milliards d’euros pour 7 ans et 33 pays participants européens, il permet de recevoir des fonds pour monter un projet européen.

Donc toute organisation qui œuvre dans le domaine de l’éducation et la formation a sa place dans le programme et peut mener ou participer à des activités de :

– mobilité d’apprentissage : études, stages, missions d’enseignement à l’étranger

– coopération : partage d’expériences, échanges de pratiques, de méthodes, transfert d’outils dans le champ de l’éducation et la formation.

Le programme soutient aussi l’expérimentation d’outils européens comme le CV européen Europass, les ECTS, le cadre européen des certifications, etc. qui sont mis à la disposition de tous les systèmes nationaux d’éducation et de formation. Et bien entendu la réforme des politiques publiques.

La Plateforme Epale est un de ces outils européens : https://ec.europa.eu/epale/fr/home-page

C’est une plateforme collaborative et multilingue qui soutient la qualité de l’éducation et de la formation des adultes en Europe.

Sur EPALE, les professionnels de l’éducation et la formation pour adultes partagent des ressources à travers des articles de blogs, des actualités, des rapports, des analyses. Ils y débattent et échangent autour de pratiques communes. Ils ont également la possibilité de trouver des partenaires pour monter des projets européens.

EPALE est animée dans une trentaine de pays qui participent à Erasmus+. Lancée fin 2015, elle rassemble déjà plus de 14 000 enseignants, formateurs, chercheurs, journalistes spécialisés et décideurs politiques.

En France, ce sont plus de 700 personnes qui contribuent à cet espace d’échange. N’hésitez pas à aller consulter des ressources et partager vos expériences avec des collègues de toute l’Europe.

Des rencontres virtuelles sont organisées pour débattre de thématiques : éducation en milieu pénitentiaire, formation en situation de travail ou encore politiques et financements relevant de ce secteur.

Si un professeur souhaite faire une financer une formation à l’étranger, comment doit-il faire ?

Si votre professeur enseigne dans une structure préparant à un diplôme du ministère de l’éducation nationale :

Première démarche : se renseigner auprès de son établissement pour savoir s’il « est déjà Erasmus+ ou non ».

En effet, un enseignant, formateur, personnel administratif, directeur, ne peut agir individuellement. Seule une personnalité juridique peut déposer une demande de financement Erasmus +. Pourquoi ? Car la mobilité européenne d’un professionnel doit s’inscrire dans un projet global d’établissement, de structure. L’idée n’est pas que cette mobilité reste individuelle mais qu’elle bénéficie à l’équipe pédagogique et aux apprenants.

Si la structure de formation avec laquelle la personne est en contrat ne porte pas de projet Erasmus+, deuxième démarche : se rapprocher de son DAREIC (Délégué Académique aux Relations Européennes, Internationales et à la Coopération).

Si le professeur ne relève pas d’un établissement préparant à un diplôme du ministère de l’Education nationale, c’est le même principe : l’organisation dont il ou elle fait partie doit avoir déposé un projet ou doit déposer un projet incluant sa mobilité.

Partir avec Erasmus+, c’est :

s’inscrire dans un projet d’établissement

s’immerger dans un autre contexte éducatif, de formation

échanger et transférer les bonnes pratiques repérées en Europe

Il s’agit d’une mobilité encadrée et organisée par sa structure d’origine.

Quels exemples de projets avez-vous aidé dernièrement ?

En 2015, 15 projets de coopération dans le secteur de l’éducation et de la formation des adultes ont été financés. Parmi les thèmes abordés les plus fréquents : l’inclusion, la citoyenneté européenne, les compétences numériques, l’employabilité, l’accès aux publics en difficulté, le développement des compétences de base, l’ouverture culturelle et la créativité.

Les projets de mobilité de stage, de périodes d’observation et d’enseignement pour les personnels des organismes de formation pour adultes attirent un large spectre de candidats issus de l’éducation populaire, de l’insertion, de l’économie sociale et solidaire. En 2015, 329 professionnels ont pu bénéficier d’une mobilité.

Par exemple, je pense au projet intitulé Go, Give and Get more Competencies porté par les CEMEA (Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active). Il concerne la mobilité des personnels de l’éducation des adultes. Salariés, personnels volontaires ou bénévoles, ils assument des fonctions très variées : formateurs, dirigeants ou encadrants pour des activités à visée éducative.

Le consortium gère et propose 175 bourses de formation avec un objectif ambitieux de renforcement d’un réseau d’acteurs pour l’éducation non formelle et la valorisation du travail associatif en Europe. Les résultats attendus doivent avoir un impact sur l’éducation et la formation, sur la cohésion sociale et le développement local.

Coté scolaire, 151 projets de coopération ont été sélectionnés en 2015 et 1695 mobilités ont été accordées.

Enfin je vous invite à lire l’article de blog d’une « prof de FLE » sur lequel je suis tombée récemment qui est assez représentatif de l’expérience Erasmus+ ;-).

https://conterflerette.wordpress.com/2016/06/11/mon-stage-fle-avec-erasmus/

Comment en savoir plus sur Erasmus Plus et vos actions ?

L’agence dispose de plusieurs supports pour informer les publics de ses actions :

J’encourage les professionnels à s’abonner à notre newsletter  «  le Flash Erasmus + » ainsi que notre magazine  «  le Mag Erasmus». Ce dernier traite des initiatives innovantes financées par le programme Erasmus +

www.agence-erasmus.fr/page/abonnement

Pour les personnes qui souhaiteraient déposer un projet Erasmus + l’idéal est d’aller sur la plateforme Penelope+ qui accompagne les porteurs de projets dans leur candidature

www.erasmusplus.fr/penelope/fiches.php

Enfin nous avons notre site agence vous renseignera sur l’ensemble du programme et les secteurs représentés.

www.agence-erasmus.fr/

Evidemment  il y a également toutes nos pages sur les réseaux sociaux :

Facebook :

www.facebook.com/ErasmusplusFR/

Twitter

https://twitter.com/ErasmusplusFR?lang=fr

estelle-duprat-lecafedufle

Restez en contact avec nous

Soyez notifiés de l'activité du Café du FLE lors:

 

- D'évènements

- D'articles publiés

- De nouveautés liées au FLE

 

  • Des articles sélectionnés
  • Gestion de centre et pédagogie
  • Bonne humeur !

Recevez gratuitement la lettre du FLE