La langue française en RDC. Produire de nouvelles ressources pédagogiques et relancer la formation des enseignants ! Entretien avec Christelle Mignot

Formation des enseignants de français – Spécial Expolangues

Rencontre avec Christelle Mignot sur le Salon Expolangues
christelle-mignot-café-fle

Bonjour Christelle, pourrais-tu nous présenter ton parcours ?

Après des études de lettres à Grenoble, je suis partie un an en Autriche dans le cadre des échanges Erasmus. Pendant six mois, j’ai suivi un Master de littérature comparée à l’université d’Innsbruck, puis j’ai fait un stage au service de presse de l’Ambassade de France. C’est à l’occasion de ce stage que j’ai découvert les programmes de coopération éducative du Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) et que je m’y suis intéressée.
Dès lors, j’ai enchaîné les postes à l’étranger tout en suivant des études de FLE à distance avec le CNED et l’université Stendhal de Grenoble. Je suis d’abord partie au Mexique comme professeur de FLE à l’alliance française d’Irapuato, puis en Turquie, dans le cadre du projet Coménius, pour enseigner le français dans un lycée pour jeunes surdoués.
Après ces expériences d’enseignement, je me suis intéressée à la formation de formateurs. Je suis alors partie en Amérique centrale, au Salvador, en tant que chargée de mission pédagogique à l’ambassade de France (mission de VI), directrice adjointe de l’alliance française de San Salvador et professeur de didactique à l’université nationale El Salvador (UES). Puis je suis rentrée en France pour préparer mon Master 2 en ingénierie pédagogique. Dans le cadre du stage de Master 2, je suis ensuite retournée au Salvador pour former les enseignants de FLE aux épreuves du DALF C1 et pour animer des cours de FOS militaire au ministère de la défense salvadorien.
Lorsque je suis rentrée du Salvador, en 2010, j’ai eu la chance de trouver immédiatement un autre poste au sein du MAEE : je suis partie deux ans en République Démocratique du Congo en tant qu’assistante technique. J’étais alors experte en ingénierie pédagogique au projet SESAM.
Actuellement, je prépare le diplôme d’Aptitude au Management d’Organismes Culturel et d’Education (DAMOCE) de la CCIP.

En quoi consiste le projet Sésam en RDC ?

Le projet Sésam (Services pour l’éducation, le savoir et l’appui à la maitrise et à l’usage du Français) vise à créer des synergies entre les principaux acteurs de l’éducation sur tout le territoire de la République Démocratique du Congo afin d’y favoriser une meilleure maîtrise et un meilleur usage du français par la population. Ce projet existe depuis début 2009. Il est financé par l’État français dans le cadre du Fonds de Solidarité Prioritaire et est mis en œuvre en étroite collaboration avec les ministères congolais de l’EPSP (enseignement primaire, secondaire et professionnel) et de l’ESU (enseignement supérieur et universitaire).

Concrètement, quels types de projet ont été mis en place pendant ta mission?

Premièrement, nous avons élaboré des ressources pédagogiques ayant pour support des documents authentiques congolais. L’objectif était de valoriser toutes les productions locales afin de donner envie aux élèves d’apprendre la langue française à travers des documents motivants. Par exemple, nous avons créé des séquences didactiques à partir de planches de BD congolaises. Les enseignants, tout comme les apprenants, ont adoré travailler à partir de tels supports dans leurs classes.
Avec des artistes locaux, nous avons aussi produit des ressources ludiques en français pour la radio et la télévision. L’objectif était d’atteindre, par l’intermédiaire de ces médias, les jeunes congolais exclus du système scolaire.
Nous avons aussi mis en place des formations de formateurs à destination de tous les acteurs éducatifs travaillant dans le domaine de l’enseignement du français (instituteurs, professeurs de français, enseignants de FLE des alliances françaises, inspecteurs, maitres de conférences, étudiants en didactique). Au niveau du lycée, il faut savoir que les enseignants n’avaient pas été formés depuis vingt-sept ans ! Nous avons donc mis en œuvre un plan national de formation continue de tous les professeurs et inspecteurs de français du secondaire, soit plus de 15 000 personnes.
Enfin, nous avons mis en place de nombreux événements de promotion de la francophonie à l’échelle de toute la république : festival de BD, spectacles de contes, concerts en français, défis lecture, concours scolaires, forums et conférences, etc.

forum-langue-francaise-kinshasa-rdc

Premier forum de la langue française à Kinshasa, organisé par l’équipe du projet Sésam en juillet 2011.
Plus de 4000 professeurs de français présents.

Comment forme-t-on des enseignants de français ?

La mise en place d’une politique de formation continue des enseignants de français dans un pays aussi immense et complexe que la République Démocratique du Congo n’a pas été simple… En effet, il ne faut pas oublier que la RDC est l’état francophone le plus peuplé au monde (70 millions d’habitants environ) et qu’il est quatre fois plus grand que le France ! De plus, sa situation linguistique est complexe : la RDC compte quatre langues nationales (kikongo, lingala, kiswahili et tshiluba) et plus de 250 langues locales ! Quant au français, même s’il a le statut de langue officielle, il n’est pas pour autant parlé par tous les citoyens congolais…
Dans un tel contexte, nous avons dû mettre en œuvre nos projets de formation en plusieurs étapes.
Nous avons commencé par mettre en place un réseau de soixante-dix écoles pilotes dans six provinces de la RDC. Ces écoles ont joué le rôle de « laboratoires d’expérimentation » de nos nouvelles ressources et de nos contenus de formation. Pendant un an, les enseignants et directeurs de ces écoles ont été formés à différents modules pédagogiques : « les pratiques de classe innovantes et interactives », « les activités ludiques», « l’exploitation de la BD en classe de français » et « l’évaluation ».
Parallèlement, nous avons créé des comités composés de professeurs et d’inspecteurs chargés d’observer les « nouvelles » pratiques pédagogiques des enseignants des écoles pilotes et d’évaluer leur pertinence et leur efficacité. Pendant une année, les ressources pédagogiques et les contenus des formation ont donc été corrigés et améliorés par les membres de ces comités. Il a notamment fallu s’adapter à certaines réalités des écoles en RDC : classes pléthoriques (plus de quatre-vingt apprenants par classe la plupart du temps), pas d’électricité, et parfois même pas de pupitres…

ecole-kinshasa-langue-francaise
Elèves d’une école de Kinshasa lors d’un atelier d’improvisation autour du conte.

En décembre 2011, le ministère de l’EPSP a estimé que ces modules et ces outils correspondaient exactement aux besoins et conditions de travail des enseignants congolais. Le nouveau programme de français, les ressources pédagogiques et les modules de formation ont donc été « validés » par le ministre de l’EPSP et sont devenus « ressources officielles nationales ».

formation-acteurs-éducatifs-RDC
Formation des acteurs éducatifs du sud et nord Kivu (à l’est de la RDC)

Dès cette validation officielle, l’équipe Sésam et le ministère de l’EPSP ont mis en place un plan de formation « en cascade » : l’équipe Sésam a formé vingt pédagogues de l’inspection générale. Ceux-ci se sont rendus dans toutes les provinces de la RDC pour former tous les inspecteurs de français du secondaire (600 au total). Ces 600 inspecteurs ont ensuite formé dans leurs villes respectives les 15 000 professeurs de français du pays. L’aspect technique et le suivi d’un tel projet ont été mis en œuvre avec la collaboration de la CTB (Coopération Technique Belge).
Suite à ce programme de formation à l’échelle de tout le pays, les maitres de conférences des universités pédagogiques de RDC ont décidé de modifier les contenus de leurs cours de didactique afin d’y intégrer les modules de formation et ressources EPSP/Sesam. Ainsi, le projet de formation continue des enseignants de français a évolué vers une réforme de la formation initiale des professeurs de français.

professeurs-sesam-langue-francaise-rdc
Professeurs et maitres de conférences des universités pédagogiques de Kinshasa en séminaire de validation des modules de formation « EPSP/Sesam »

Avec le recul, quels ont été les facteurs de réussite d’un tel projet ?

Premièrement, le fait que l’équipe pédagogique du projet Sésam ait été constituée d’experts congolais issus de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire. En effet, les réalités du terrain et le contexte éducatif en RDC sont si complexes qu’il était nécessaire de travailler avec des pédagogues maitrisant parfaitement le système éducatif congolais.
De plus, ces experts, issus de différentes provinces du Congo, maitrisaient toutes les langues nationales de RDC. Lors de la conception de ressources pédagogiques, les interférences entre les langues maternelles des apprenants et le français étaient donc parfaitement appréhendées et prises en compte par les experts congolais.
Enfin, le fait d’avoir impliqué en amont les acteurs éducatifs des différents ministères dans l’évaluation des contenus de formation a permis de créer un véritable engouement autour du projet. En effet, tout le monde s’est senti concerné et responsable de cette mission, et ceci a permis au projet de fonctionner malgré les conditions difficiles de travail. Dans certaines provinces par exemple, les inspecteurs ont dû se déplacer pendant trois jours en moto et à pied pour atteindre les écoles. S’ils n’avaient pas cru en l’intérêt d’un tel projet, ils n’auraient sans doute pas fait de telles concessions.

Concernant l’autoformation, qu’est ce que les enseignants de FLE autour du monde peuvent faire pour toujours rester au top ?

Actuellement, les services d’enseignement à distance nous permettent de poursuivre nos études même en étant en poste à l’étranger. C’est ainsi que j’ai pu faire toutes mes études de FLE à distance avec le CNED et l’université Stendhal de Grenoble. J’ai été très satisfaite de cette formation, et je la recommande ! Je pense en effet qu’il est important, pour les enseignants de FLE, de suivre des études dans le domaine de la didactique. Ceci leur permet d’être « à jour » des nouvelles méthodologies, mais aussi d’apporter un éclairage théorique à leurs pratiques !
De plus, je leur recommande de faire de la veille sur internet : ils peuvent lire des articles de chercheurs en didactique (le site de Christian Puren par exemple), s’informer sur les nouvelles technologies mises au service de l’enseignement, partager des ressources pédagogiques, faire des exercices en ligne ou encore communiquer avec d’autres enseignants !

  • Pingback: Compétences FLE: Pour réussir, devenez un couteau suisse !()

  • Dartizio

    Au fait très souvent les profs se plaignent des élèves qui veulent pas suivre les cours, apprendre….A mon avis le problème c’est que les activités prèsentées ne correspondent pas aux intérêts des élèves. C’est les élèves qui doivent participer aux choix des activités. Il ne faut pas imposer mais travailler ensemle. Mais naturellement créer des activités……oblige à « perdre du temps ». Il est urgent, à mon avis, relancer la formation des enseignants en imposant aux profs l’usage des nouvelles technologies que les élèves aiment beaucoup.

  • Mukiapini

    Merci Christelle Mignon, je suis l’un de ceux qui ont bénéficié de la formation Sésam.J’ai beaucoup aimé les adresses mentionnées à la fin de votre référentiel du sésam pour aider les profs de français,c’est là où j’ai découvert le café du fle.Donc, c’est grace à vous que je suis sur ce site.Mais je pense qu’il serait intéréssant d’apprendre aux experts congolais d’avoir de blogs pédagogiques pour aider les enseignants à trouver de ressources pédagogiques.

  • notre association offre des livres de loisirs ou scolaires gratuits pour pratiquer le francais mais il faut venir les chercher.
    Nous sommes à Levallois près de Paris (France)
    Tout sur notre site internet http://www.lebouquinvolant.com

Restez en contact avec nous

Soyez notifiés de l'activité du Café du FLE lors:

 

- D'évènements

- D'articles publiés

- De nouveautés liées au FLE

 

  • Des articles sélectionnés
  • Gestion de centre et pédagogie
  • Bonne humeur !

Recevez gratuitement la lettre du FLE