Numérique, FLE. « La familiarisation se fait en douceur, avec des objectifs concrets et immédiatement applicables en classe ». Entretien avec Alix Creuzé de l’Institut français de Madrid

tice-fle-institut-francais-madrid
Bonjour Alix, pourriez-vous nous présenter votre parcours ?
Après mes études (anglais, français langue étrangère, information communication multimédia), j’ai conçu plusieurs projets de classe en rapport avec les médias (presse, télévision, internet) : la création d’un site web de classe par exemple ou la réalisation de magazines, de reportages télé ou radio. Evidemment, c’était avant le web 2.0, donc plus difficile et plus laborieux ! J’ai travaillé pour le département de langues vivantes pratiques de l’université de Bordeaux II, avec le Professeur Perrin : nous réalisions quotidiennement des fiches de compréhension orale à partir de journaux télévisés francophones du jour (vifax). Travailler sur l’actualité « chaude » nous motivait énormément ainsi que nos étudiants ! J’ai participé à la création de différents sites pédagogiques dont des parcours autour de la presse écrite et les techniques journalistiques (Lire en Français) ou encore des parcours multimédias avec Funambule pour TV5.
Tout cela m’a amenée à approfondir la question de l’apprentissage en autonomie et à distance : j’ai ainsi pu m’investir en tant que conceptrice pédagogique sur un premier projet de cours à distance avec l’Institut Français de Santiago au Chili.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je m’occupe de l’innovation pédagogique et multimédia à l’Institut Français de Madrid. Il s’agit d’imaginer des projets dans le cadre du service des cours, d’en évaluer la plus-value pour les apprenants, la faisabilité dans notre institut, de les réaliser avec l’équipe de concepteurs, et de les faire vivre ensuite. Les idées ne manquent pas mais il faut aussi trouver les moyens de les concrétiser. C’est la question la plus épineuse ! Le projet le plus important est notre dispositif à distance. Ce cours est parti d’une volonté très forte de la direction de l’Institut, à Madrid, en 2002. Nous comptons aujourd’hui 8 niveaux (de A1 à B2) et une vingtaine de professeurs tuteurs en Espagne.
Un autre projet qui me tient à coeur car il nous mobilise depuis plusieurs années et nous permet de travailler avec l’Allemagne (Institut Français de Brême), l’Italie (Institut français de Milan) et la Grande-Bretagne (Open University), le site Vivre en Aquitaine (http://espagne.aquitaine.fr). Il va bénéficier d’un bain de jouvence dans les mois qui viennent et changer de titre pour s’appeler « Voyages en Français » afin de pouvoir s’ouvrir à d’autres régions, d’autres pays si nous trouvons de nouveaux partenaires. Il propose des itinéraires pour perfectionner son français et une rubrique « interculturelle » (un peu mon dada !), les MIROIRS. Des parcours pour les jeunes de 8 à 12 ans sur le thème du voyage et de la rencontre sont aussi disponibles : Jeunes nomades. Nous invitons les professeurs de FLE à participer à ces différents projets.

tice-fle vivre en aquitaine

Pourriez-vous nous présenter l’Institut français d’Espagne (chiffres, projets, activités culturelles récentes)?

L’Institut Français d’Espagne a pour mission la diffusion de la culture et de la langue française. A Madrid, nous avons environ 5000 élèves par an, en présentiel en grande majorité et à distance pour une petite partie. Nous avons aussi une médiathèque importante avec plus de 3000 lecteurs réguliers. L’institut propose enfin de nombreux spectacles, expositions, et films en avant-première.

Vous organisez des formations pour les enseignants. Quels sont les outils que vous présentez ?

Nous organisons des formations dans beaucoup de domaines grâce à une équipe pédagogique très impliquée : civilisation, pédagogie, phonétique, disciplines non linguistiques, francophonie, chanson, tice, conception pédagogique. En matière de technologies, le TNI, le web 2.0, les parcours multimédia mais aussi la formation ouverte et à distance et le tutorat. Ces dernières sont proposées soit en présentiel, soit en formule hybride (une partie présentielle, une partie à distance), soit 100% à distance.

Qu’est ce qui permet de faciliter l’intégration du numérique, l’adhésion d’une équipe à un nouveau dispositif ?

Depuis 2002, nous avons tenté d’accompagner les professeurs de l’Institut dans des projets qui leur tenaient à coeur pour lesquels les tice étaient un moyen et non un but en soi. En dehors de formations générales et indispensables, rien ne leur a été imposé ; la familiarisation se fait en douceur, avec des objectifs concrets et immédiatement applicables en classe.

Par ailleurs, les dispositifs de FOAD ont permis aux professeurs intéressés de se former, notamment au tutorat à distance. Il s’agit là d’une nouvelle expérience pédagogique mais cela implique aussi une montée en compétence : utilisation d’une plateforme, conception de contenus, exploitation d’applications web 2.0, etc.

Vous utilisez scoop.it , quel est l’objectif de cet outil et quelle est l’adresse de votre site ?

Scoop.it m’a séduit pour sa facilité d’utilisation et son aspect très visuel. Ce n’est pas un outil contraignant. La veille et la mutualisation sont essentielles au sein d’une équipe pédagogique mais ces pratiques sont difficiles à mettre en place. Trouver le bon outil peut y aider. Avec Scoop.it la veille est facilitée par un système qui permet de repérer des personnes ressources et des contenus en lien avec nos domaines d’intérêt. Je travaille beaucoup avec des cartes heuristiques par exemple et Scoop.it est une mine pour trouver facilement des informations pertinentes sur ce sujet. On peut aussi commenter les ressources et les relayer sur d’autres réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook. J’ai pour l’instant deux « sujets », l’un sur les tice et la pédagogie, l’autre davantage destiné aux apprenants de français langue étrangère :

Veille pour les apprenants

Veille tice et fle pour les professeurs

Qu’est ce qui a changé avec l’arrivée du numérique dans les classes, dans les usages ? Qu’est ce qu’il ne faut pas confier « intégralement à la technologie » ? Comment bien équilibrer l’apprentissage « humain » et le « numérique » ?

Surtout ne rien confier « intégralement » à la technologie ! Elle accompagne, elle nous interroge sur nos pratiques d’enseignement, elle multiplie les moyens de communiquer, s’informer, interagir hors des murs de la classe, réaliser des tâches réelles. Certains outils décuplent la créativité, permettent aux étudiants de réaliser des projets passionnants à travers des blogs, des wikis ou des réseaux sociaux. Tout cela nous invite à nous renouveler constamment, c’est très positif. Cela dit, nous ne devons pas devenir des forçats des tice, la relation humaine doit rester au coeur de tous les dispositifs que nous mettons en place !

  • Commentaires fermés sur Numérique, FLE. « La familiarisation se fait en douceur, avec des objectifs concrets et immédiatement applicables en classe ». Entretien avec Alix Creuzé de l’Institut français de Madrid

Les commentaires sont fermés.

Restez en contact avec nous

Soyez notifiés de l'activité du Café du FLE lors:

 

- D'évènements

- D'articles publiés

- De nouveautés liées au FLE

 

  • Des articles sélectionnés
  • Gestion de centre et pédagogie
  • Bonne humeur !

Recevez gratuitement la lettre du FLE