Devenir professeur de FLE nomade

Hélène enseigne le français via Skype. Hélène mène une vie de nomade du numérique. Voici son retour d’expérience.

devenir-professeur-fle-nomade

Bonjour Hélène, pourriez-vous vous présenter ?

Bonjour! Je suis Canadienne et je vis et voyage avec mon conjoint Daniel, qui est scénariste de jeux vidéo. Passionnée de langues et de voyages, j’ai quand même commencé à voyager tard, n’en ayant pas les moyens quand j’étais étudiante. Je suis devenue prof de langues un peu par hasard, mais le hasard fait bien les choses! J’ai enseigné le français (et l’anglais, à l’occasion) dans plusieurs écoles de langues, au Canada et en Asie, pendant une quinzaine d’années. Depuis janvier 2014, j’enseigne exclusivement par Skype et ça me convient parfaitement! Mes revenus ne sont pas très élevés, mais je travaille moins d’heures par semaine qu’avant, je suis complètement autonome (pas de patron!) et je vis dans des pays où la vie est intéressante et moins chère qu’au Canada. Je me trouve heureuse dans cette nouvelle vie. Vive la simplicité volontaire!

Quelles sont les raisons qui vous ont fait adopter le travail nomade ?

Après notre voyage autour du monde, Daniel et moi n’avions pas du tout envie de retourner au Canada, ni de simplement aller vivre dans un autre pays, vu que nous avions déjà vécu trois ans en Chine. Il nous fallait autre chose, une plus grande liberté (et de plus grands défis?) qu’une simple expatriation. Le travail indépendant et à distance s’est rapidement imposé comme solution idéale, mais il nous a fallu beaucoup de temps avant d’y arriver. En fait, nous avons maintenant envie de ralentir encore plus et de nous installer dans un pays pour quelques années, tout en continuant notre travail actuel, qui nous permet de vivre n’importe où, pourvu que l’internet soit rapide et fiable.

Comment s’organisent vos journées ?

La beauté des cours par Skype, c’est que je fais mon propre horaire. Comme j’émerge lentement, le matin, je préfère donner mes cours l’après-midi et le soir. Mon horaire est relativement stable, mais change quand même d’une journée à l’autre et d’une semaine à l’autre, ce qui me convient parfaitement, vu que la routine m’ennuie. Les journées où j’enseigne (4-5 jours par semaine), je sors peu et je mange à la maison – des produit frais, locaux et délicieux! Avantage numéro 372 du travail nomade. Selon mon horaire de cours et l’horaire de travail de Daniel, il est souvent possible d’aller manger au resto le midi ou le soir, tout dépendant du pays où on se trouve: par exemple, au Mexique, le gros repas se prend entre 14h et 17h, et en soirée il ne reste que les taquerias d’ouvertes. La possibilité de découvrir une nouvelle cuisine à des prix abordables est très importante pour nous. Ensuite, une fois le travail terminé, nous sommes plutôt casaniers et passons la soirée à écouter des séries télé sur Netflix, en dégustant une bonne tequila ou un bon mezcal, pour rester dans mon exemple du Mexique. Pour revenir au travail, je dois dire que les heures de cours ne sont pas les seules heures de travail: il faut répondre aux messages des étudiants potentiels, organiser son horaire, accepter les demandes de cours, modifier son profil ou ses prix, etc. Tous ces détails prennent beaucoup de temps au début, mais on finit par s’habituer et gagner en rapidité. Après mes premiers mois, j’ai compris que je préférais me concentrer sur la conversation, ce qui réduit beaucoup ma préparation de cours, mais exige beaucoup de présence et d’énergie à chaque cours, vu que les leçons sont spontanées et authentiques. La plupart des profs de FLE semblent préférer une approche plus traditionnelle et structurée.

La vie de travailleur nomade a-t-elle des inconvénients ?

Bien sûr! Vous pouvez dire adieu à la stabilité financière, aux plans de retraite, au confort, au réseau de support de la famille et des amis… De plus, en étant travailleur autonome, on n’a pas l’habituel contact avec d’autres profs, les échanges d’idées, etc. Et les cours par Skype, si commodes soient-ils, n’offrent pas un « réel » contact humain, alors il pourrait y avoir un risque d’isolement social. Évidemment, il y a moyen de pallier à ces inconvénients, ça fait partie de l’expérience! Et de toute façon, je pense que les avantages l’emportent sur les inconvénients. Oups, j’ai oublié de mentionner les problèmes de visa… Au point suivant!

Quelles démarches effectuez-vous lors de chaque nouveau départ ou chaque nouvelle arrivée ?

Il nous faut en général beaucoup de temps avant de choisir un nouveau pays. Nos critères principaux et non négociables sont le coût de la vie peu élevé, la rapidité et la fiabilité du réseau internet, et la possibilité d’obtenir un visa permettant un séjour assez long. Ensuite, les « intangibles » font qu’un pays nous tente réellement: la qualité des produits alimentaires locaux, le climat, la situation de sécurité, la disponibilité des apparts, l’attrait de la culture en général, un « je-ne-sais-quoi » qui nous interpelle… Pour illustrer, depuis décembre 2013, nous avons vécu à Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande, mais c’est la situation des visas qui nous a fait partir; nous avons ensuite vécu à Oaxaca, au Mexique, mais l’internet y est peu fiable et la ville ne nous a pas retenus; nous passons les étés au Canada pour voir la famille et les amis, et même ici, l’internet est parfois frustrant… Nous espérons que la Bulgarie, avec son internet hyper rapide, sa bouffe délicieuse, sa culture intéressante et la possibilité d’obtenir un visa pour un an, nous conviendra. Nous sommes des nomades lents et avons envie de nous installer dans un nouveau pays pour longtemps… Tout en continuant notre travail autonome et à distance.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui serait tentée par le travail nomade ?

Foncez et faites-le! Non, sérieusement, je recommanderais d’abord de s’assurer que la personne sait ce qu’elle veut et est prête à faire les sacrifices nécessaires. Voyager n’est pas toujours facile, et travailler en voyageant, encore moins. Par contre, c’est une excellente façon de voyager en dépensant très peu, et donc de voyager à long terme. Pour un prof de FLE, je recommanderais de se préparer en commençant déjà à donner des cours à distance, ne serait-ce qu’à temps partiel, pour prendre de l’expérience avec les cours par Skype et aussi pour se faire une réputation en ligne et voir combien elle arrive à gagner (pour se faire un budget). C’est un domaine assez compétitif, mais il y a quand même une grande demande. Je suggérerais à la personne de définir clairement en quoi elle se démarque des autres profs, ce qui sauve du temps à tout le monde – les étudiants potentiels voient tout de suite si le prof leur convient, et le prof ne perd pas son temps à répondre à des étudiants qu’il est moins en mesure d’aider. Il ne faut pas avoir peur de dire ce qu’on ne fait pas, en plus de ce qu’on fait – les étudiants apprécient cette honnêteté! Un autre conseil serait de ralentir: plus on passe de temps dans un endroit, mieux on le connaît, ce qui permet de réduire les coûts et aussi de se faire un réseau social.

Merci Hélène

helene-cormier-fle

 

Pour contacter Hélène Cormier :
helene.cormier@gmail.com
http://www.oegugin.com/

 

Retrouvez également cet article sur les outils du travailleur indépendant

  • Pingback: Mon entrevue avec le Café du FLE - Helene Cormier()

  • André Tanzi

    Bonjour Hélène

    j’ai trouvé votre article très intéressant
    je pense que donner des cours par skype dans le cadre du FLE
    peut être une opportunité pour des seniors en quête d’emploi
    je relaie votre article sur mon blog http://www.quinquaemploi.eu que je vous invite à visiter

    bien à vous

  • RANAIVO HARINORO Nirina Lova

    bonjour je veux être enseignante en ligne à domicile , que dois-je faire

  • disqus_31PjL6wSrI

    Mouais… et côté impôts et charges sociales, comment fait-elle?
    Et oui, les impôts, les charges sociales, les démarches administratives, tout ça est chiant à mort, mais on ne peut pas s’en passer, quel que soit le pays où l’on vit… à moins qu’on ait envie de travailler au noir.
    Ce genre d’articles, qui veut vendre du rêve, n’est que de l’esbroufe

Restez en contact avec nous

Soyez notifiés de l'activité du Café du FLE lors:

 

- D'évènements

- D'articles publiés

- De nouveautés liées au FLE

 

  • Des articles sélectionnés
  • Gestion de centre et pédagogie
  • Bonne humeur !

Recevez gratuitement la lettre du FLE