Conseils pour monter une radio FLE. Entretien avec Thierry Riera (Radio France)

conseils-monter-radio-fle

thierry-riera-radio-fle

Conseils pour monter une radio FLE

Rencontre et entretien avec Thierry Riera sur le Stand du Café du FLE à Expolangues.

Bonjour Thierry, pourrais-tu nous présenter ton parcours ?

Je suis journaliste à France Bleu (groupe Radio France) à Nîmes depuis 1990.
Il y a 4 ans, à la suite d’une rencontre, je me suis intéressé à l’utilisation de la radio pour l’apprentissage du Français Langue Etrangère. Pour développer cette idée, je me suis inscrit à l’université Montpellier 3 où j’ai obtenu un DU FLE, puis un Master d’ingénierie pédagogique numérique.
Depuis, je partage mon temps entre mon métier de journaliste et des activités de formateur à la radio pédagogique, pour les enseignants de FLE (Instituts Français du Rwanda ou de Saragosse), mais aussi des professeurs de lycées, dans le cadre de l’installation, actuellement, de webradio dans des établissements du Languedoc-Roussillon.

Quelles compétences sont développées par un apprenant lors d’une activité de radio FLE ?

L’expression orale, bien sûr, mais aussi l’expression écrite car, en radio, tout ce qui est dit est écrit… A ce sujet, il faut être efficace dans le message, se faire comprendre tout de suite, tout en gérant le stress d’une intervention dans les conditions du direct radio, ce qui sera bénéfique à l’apprenant lors d’une interaction en situation, dans la « vraie vie ».
Par ailleurs, l’apprentissage s’effectue directement par la pratique. Par ses productions, l’apprenant est totalement acteur de son apprentissage, ce qui totalement en phase avec la méthode actionnelle préconisée par le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues.
L’apprenant développe également son autonomie car il est, au final, seul responsable de sa prestation sur la webradio.
Enfin, il acquiert des compétences numériques car, pour préparer ses interventions en français, l’apprenant va effectuer de recherches sur Internet et utiliser, pour les interviews et les reportages, un logiciel de montage et de mixage audio de type Audacity.

Comment les enseignants autour du monde peuvent-ils s’organiser pour monter ce projet de manière dans leur école ?

Un tel projet, qui relève des TICE, peut paraître complexe. Il est vrai que l’écriture radio est différente de l’écriture littéraire et que le style oral radio doit être naturel pour que la production soit crédible.
Il faut aussi savoir manipuler un logiciel audio d’enregistrement, de montage et de mixage.
Mais cela s’apprend plutôt facilement. Même pour ce qui est de l’utilisation du logiciel libre Audacity ou des branchements du matériel technique si on s’équipe : table de mixage, micros, etc… (Avec 400 euros, il est possible d’équiper un petit studio.)
Des ressources existent d’ailleurs sur Internet : celles du CLEMI – Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information-, celles de certains Rectorats, ou encore celles de Radio France Internationale.
Il est possible aussi de s’adresser à un journaliste radio local pour obtenir des conseils, dans la limite de ses disponibilités.

A quoi faut-il faire attention pour réussir un projet de radio FLE ?

A bien maîtriser le projet. De nombreux projets de radio scolaires sont abandonnés au terme de quelques expérimentations, car à l’enthousiasme du départ succède la déception de productions fort peu authentiques, avec des interventions qui sont trop lues, donc éloignées du ton radio, et souvent trop longues et sans rythme… Bref, l’approche n’obéit pas suffisamment aux codes radio professionnel. Il faut donc prendre le temps pour élaborer un projet de radio FLE crédible et s’en donner les moyens. La radio c’est magique, ça paraît simple à mettre en oeuvre, mais ça ne souffre pas le manque de rigueur.

Quelle est ton activité et comment peut-on avoir plus d’infos ? En faisant appel à un journaliste professionnel, quels seront les + ?

Un journaliste professionnel peut justement vous initier aux codes de la radio pour que les productions soient proches du ton que l’on retrouve sur les radios professionnelles, et ainsi éviter d’être déçu à la réécoute. Car si l’apprenant ou le professeur de FLE sont des locuteurs amateur en radio, leur oreille est professionnelle. En effet, nous écoutons tous la radio et nous nous apercevons immédiatement du manque d’authenticité d’une production radio.
Mes activités de formateur d’enseignants, de FLE en particulier, sont consultables sur le site de l’atelier webradio.

Restez en contact avec nous

Soyez notifiés de l'activité du Café du FLE lors:

 

- D'évènements

- D'articles publiés

- De nouveautés liées au FLE

 

  • Des articles sélectionnés
  • Gestion de centre et pédagogie
  • Bonne humeur !

Recevez gratuitement la lettre du FLE