Retour d’expérience et conseils pour enseigner le FLE à l’université. Entretien avec Amélie Bouquain

portrait-amelie-bouquain-universite-fle

Enseigner le FLE à l’université

Bonjour Amélie, pourriez-vous nous présenter votre parcours?

Je suis enseignante contractuelle au Carré International de l’Université de Caen Basse-Normandie.

Depuis janvier 2013 où j’y donne des cours de Français Langue Étrangère (FLE).
Logo-universite-Caen-Basse-Normandie

Il y a 7 ans, lors de mon expatriation en Espagne dans le cadre du programme d’échange Erasmus, j’ai commencé à travailler dans le FLE. Suite à cette première expérience professionnelle dans ce domaine, j’ai eu l’envie de me former. Je me suis alors inscrite à l’Université Stendhal-Grenoble 3, dans le cadre de l’enseignement à distance réalisé en collaboration avec le CNED. J’ai tout d’abord obtenu un Diplôme Universitaire de FLE, puis une Maîtrise et enfin un Master professionnel en Sciences du langage spécialité Français Langue Étrangère. C’est suite à l’obtention de ce Master en septembre 2012, mais aussi grâce à une solide expérience professionnelle, que j’ai pu être recrutée par l’Université de Caen. Par ailleurs, je suis également titulaire d’une Maîtrise en Langues et Cultures Étrangères spécialité Études Romanes Espagnol obtenue à l’Université Toulouse 2-Le Mirail, où je réalise actuellement le Master 2 Recherche.

Comment se déroule un recrutement FLE dans le milieu universitaire? Etait-ce différent lors de vos expériences précédentes?

Le recrutement FLE en milieu universitaire est très différent des recrutements dans le privé.

Tout d’abord, le niveau minimum requis pour pouvoir postuler est Bac+5, c’est-à-dire être titulaire d’un Master 2 FLE, alors que beaucoup de centres de langues privés en France et à l’étranger recrutent au niveau Maîtrise/Master 1 FLE et rarement au niveau doctorat.

Lors du recrutement, il était demandé d’envoyer un dossier comportant une lettre de motivation, un curriculum vitae et une copie des diplômes. Une date limite de dépôt des dossiers était précisée. Par ailleurs, il nous était signalé que les candidatures seraient examinées par une commission de sélection et que seuls seraient convoqués à l’audition (nom donné à l’entretien en milieu universitaire) les candidats retenus par cette commission.

L’audition a lieu devant une commission, dont le nombre de personnes peut varier selon les universités. Elle se déroule en deux parties: un exposé oral (parcours, expériences professionnelles, intérêts et compétences pour le poste à pourvoir) d’une durée d’environ 10 min, et est suivi d’un entretien avec les membres de la commission (questions) également d’environ 10 min. Il faut savoir que l’utilisation d’un PowerPoint pour l’exposé oral tend à se généraliser.

Pour ce qui est de l’entretien avec les membres de la commission, des questions diverses sont posées, certaines dans le but d’approfondir un ou plusieurs points de l’exposé oral, d’autres plus spécifiques peuvent porter sur des pratiques de classe (pédagogie), sur les avancées actuelles en recherche dans les domaines de l’oral ou encore de l’écrit pour l’enseignement des langues, etc. Toutefois, je pense que les questions peuvent être très variables selon le profil des candidats ou encore selon les membres des commissions.

Quelques jours après l’audition, les candidats sont contactés par l’Université qui leur communique la décision de la commission.

Il faut savoir que suite à une audition, les candidats sont classés. Celui classé premier est retenu pour le poste à pourvoir, les autres reçoivent un courrier de l’Université leur indiquant leur classement. Celui classé deuxième peut se voir offrir le poste en cas de refus de celui classé premier ou dans le cadre d’un nouveau recrutement.

Dans mon cas, classée deuxième, j’ai été rappelé quelques mois plus tard par l’Université qui effectuait un nouveau recrutement suite à de nouveaux besoins.

A quel public d’apprenants enseignez-vous? En quoi sont-ils différents de ceux rencontrés lors de vos précédentes expériences professionnelles ?

Jusqu’à maintenant, j’avais principalement enseigné à un public d’adultes ou de jeunes adultes qui souhaitait apprendre le français pour différentes raisons: apprendre une deuxième langue étrangère en plus de l’anglais et continuer à se former face à la demande croissante en milieu professionnel de la maîtrise de langues étrangères, afin de voyager dans des pays francophones, mais aussi pour pouvoir travailler en France, ou encore par loisirs, etc.

A l’Université de Caen, nous sommes face à un public composé majoritairement d’étudiants. Ce sont généralement des personnes qui ont déjà un certain niveau d’études dans leur pays et qui souhaitent suivre un cursus en Master ou encore en Doctorat en France. Certains d’entre eux ont même obtenu une bourse pour venir étudier en France. Ces étudiants suivent une formation en français à temps complet (une vingtaine d’heures par semaine) lors de cours en journée.

Il existe également des cours de soutien linguistique qui ont lieu le soir. Leur charge horaire est variable selon le niveau (entre six heures et une heure et demie par semaine), plus le niveau est faible plus la charge horaire est importante. Il s’agit de cours de FLE jusqu’au niveau B2 et de cours de FOU (Français sur Objectifs Universitaires) pour les niveaux C1 et C2. Dans ce cas, le public est différent, il peut s’agir d’étudiants Erasmus, d’assistants, de chercheurs, de salariés, etc.

Quels sont les spécificités de la manière d’enseigner en milieu universitaire?

Contrairement au privé, en milieu universitaire l’enseignant est rarement un enseignant « généraliste » qui prend en charge un groupe d’apprenants sur une longue durée, qui s’occupe de l’enseignement de toutes les compétences.

A l’Université de Caen, chaque enseignant FLE est amené à intervenir sur un champ spécifique. Pour chaque groupe, un enseignant donne les cours de français écrit, un autre ceux de français oral, encore un autre anime un atelier, un autre donne les cours de phonétique ou de civilisation, etc. Cela dépend des compétences de chaque enseignant. Plusieurs enseignants donnent donc cours à un même groupe pendant un semestre, ce qui implique qu’il y ait une constante communication au sein de l’équipe pédagogique.

universite fle emploi du temps

Le statut d’enseignant en université est-il différent de ceux observés dans les écoles privées.

(volume horaire, mode de rémunération, organisation des congés dans l’année) ?

En effet, le statut d’enseignant en université est bien différent de ceux que j’ai pu observés dans les écoles privées.

Dans le privé, la précarité des enseignants FLE est malheureusement trop bien connue. Trouver un emploi stable en France dans le domaine du FLE est très difficile, puisque les offres d’emploi fluctuent en fonction de la demande. Il y a très peu de demande d’octobre à mars et ensuite une importante demande d’avril à septembre, ce qui implique des CDD de courtes durées rarement à temps complet, une rémunération à l’heure, de longues périodes de chômage, etc. Il faut aussi être très mobile, ne pas hésiter à déménager pour aller où il y a du travail, ce qui n’est pas toujours évident.

De plus, le secteur privé s’appuie sur les stagiaires FLE. Ce sont souvent des étudiants en Master 2 FLE qui doivent impérativement trouvé un stage pour valider leur formation. Dans le cadre de leur stage, les centres privés leur attribuent souvent un maximum d’heures d’enseignement (limitées par convention de stage) et les font travailler sur des projets presque bénévolement, puisque la compensation économique est minime.

Très peu d’universités françaises recrutent des enseignants contractuels, que ce soit dans le domaine du FLE ou encore dans d’autres domaines. Les contractuels, aussi appelés « chargés de cours », sont souvent des étudiants sous contrat doctoral (dans leur contrat, un quota d’heures d’enseignement est obligatoire), ou encore des ATER (Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche), à savoir des étudiants en thèse, mais aussi des professeurs associés, c’est-à-dire des enseignants ayant parallèlement une autre activité professionnelle. Il existe encore un autre cas, parfois les universités emploient leurs étudiants en Master (c’est le cas pour les étudiants en langues), les prérequis sont avoir moins de 28 ans et déjà avoir un employeur principal. Toutefois, il me semble que ces derniers n’ont pas le statut de contractuel.

A l’Université de Caen, les enseignants contractuels assurent un service annuel de 384 heures et perçoivent un salaire fixe par mois selon un indice de rémunération. Pour ce qui est des congés, le calendrier universitaire n’est pas suivi, à l’exception des vacances de Noël et de Printemps, les autres congés de chaque enseignant sont organisés.

Pour conclure, quels conseils donneriez-vous à quelqu’un souhaitant enseigner le FLE à l’université?

Je pense que la chose la plus importante est avant tout d’aimer ce métier, car finalement peu importe le contexte dans lequel nous sommes amené à enseigner le FLE, la passion reste la même. Il faudrait peut-être lui dire qu’il ne faut pas avoir peur de bousculer ses habitudes de travail, avoir l’esprit d’équipe, mais aussi avoir l’envie d’apprendre de nouvelles choses, de continuer à se former… Je pense également qu’il est important d’avoir envie de travailler avec ce public universitaire qui a des besoins très spécifiques.

Merci Amélie et à bientôt !

  • Pingback: Compétences FLE: Pour réussir, devenez un couteau suisse !()

  • Merci pour cet entretien très intéressant. Une question cependant: où sont publiées les offres d’emploi des université? Fle.fr? un portail dédié comme pour le MAE?

  • Amélie

    Bonjour Sébastien,

    En ce qui concerne la publication des offres d’emploi des universités, je crois que ça peut être variable. Mais je ne pense pas qu’il existe un portail dédié, sauf pour le recrutement de titulaires d’un concours (recrutement de PRCE/PRAG). Pour le fle, les universités peuvent publier les offres directement sur leur portail ou encore sur des sites comme fle.fr ou fdlm.org. Personnellement, j’avais vu l’annonce sur le français dans le monde.

  • LE GALL

    Je tenais à préciser que je travaille en tant que professeure FLE (master 2 en poche) et ce dans une université auprès d’étudiants étrangers. Amélie a décrit exactement comment cela se passe pour un prof à l’université. Par contre, je peux rajouter une chose et elle est important je pense et ce n’est pas connu du tout du grand public. Là où je travaille, il faut absolument avoir un statut étudiant si on n’a pas les 300 h obligatoires ailleurs. Ce qui veut dire qu’un chargé de cours est payé environ entre 35 et 40 € de l’heure net et une personne comme moi qui donne des cours de labo, civilisation, expression et compréhension orales et écrites, étude de la langue etc…. et qui cherche toujours à innover ses cours contrairement aux profs anciens qui prennent les méthodes et les cd, je ne suis payée que 15 euros net de l’heure et donc pas de congés du tout !!! Voilà le monde réel des universités françaises et je le déplore car j’adore travailler où je suis donc je me suis inscrite en licence fantôme espagnole (pas le temps de suivre des cours car trop d’heures) j’ai en effet un autre contrat dans un lycée où là mon diplôme mais surtout mes compétences sont reconnues. Le FLE est super intéressant. Mais à quand une reconnaissance de statut et de salaire car je trouve inacceptable et injuste cette façon de procéder.

  • Ola

    Je voudrais vous demander un conseil SVP Amélie..

    J’ai un B. A. en langue française obtenue en Jordanie et Je veux faire un master à distance (FLE). Par contre, je n’ai suivi que quelques cours concernant l’enseignement en français à l’université.

    Donc la question est: Quel diplôme ou bien quelle formation vous me recommandez pour me préparer au M1? et pour que je sois admise au M1 à distance aux universités en France?
    Merci beaucoup

  • Amélie

    Bonjour Ola,

    Je ne suis pas sûre de savoir à quoi vous faites référence par B. A…. Les procédures d’admission en master en France sont plus ou moins les mêmes que pour les autres filières : justifier d’un Bac+3. Toutefois, en ce qui concerne le FLE, il me semble qu’il faut également justifier d’une formation FLE (DU ou autres diplômes FLE, ou encore avoir un CAPES), c’est le cas de Grenoble 3. Sinon, il est également possible de faire une validation d’études. Vous pouvez par exemple passer le DAEFLE (Alliance Française). Dans mon cas, j’avais fait le DU FLE en an à Grenoble 3 car je n’avais pas les prérequis nécessaires. Cette université demande également un niveau B2 dans une langue étrangère.
    En tout cas, je vous incite à consulter les sites des universités proposant des Master FLE à distance en France, tel que celui de Grenoble 3 (formation à distance), où vous trouverez toutes les informations.

  • Amélie

    Bonjour Le Gall,

    Je voudrais juste ajouter une précision sur ce que tu dis, mais aussi par rapport à ce qui est dit dans l’article. Le statut de contractuel à l’université étant assez récent, en général personne ne sait de quoi on parle… Même pour moi, au moment de la rédaction de l’article ce n’était pas très clair, puisqu’il n’y a pas très longtemps que les universités peuvent recruter des contractuels.

    A l’université, les enseignants peuvent avoir différents statuts :
    – maître de conférence : il s’agit en général d’enseignants-chercheurs
    – PRAG : enseignants titulaires d’une agrégation
    – PRCE : enseignants titulaires d’un CAPES ou autre concours
    – contractuels : enseignants titulaires d’un bac+5 ou bac+8 (sans place de maître de conférence)
    – chargés de cours : vacataires (c’est-à-dire des professeurs associés = des personnes qui ont un employeur principal), étudiants sous contrat doctoral (quota d’heures d’enseignement inclus dans le contrat), ATER (divers statuts) ou encore des étudiants (des personnes qui suivent un cursus à l’université, niveau master normalement).

  • ZIOUANI Fatima

    Bonjour chère Amélie
    je voudrais savoir comment avoir une lettre d’accueil d’un laboratoire de recherche de langues
    je suis une enseignante chercheure en didactique de FLE et pour avancer dans mon travail de recherche, je dois effectuer un stage de formation de courte durée dans un pays francophone. je vous informe que les frais de mon stage seront pris en charge par mon université
    Dans l’attente de votre orientation, je vous remercie d’avance

  • Camille

    Bonjour Amélie,

    Quel est l’écart salarial entre les enseignants « titulaires » au carré international et les enseignants contractuels?
    Votre salaire est-il revalorisé:augmenté chaque année?
    Etes-vous payée pendant les vacances?

    Merci d’avance pour vos réponses.

    Camille

  • daniel

    Salut tout le monde !! À la suite de cette exposition des faits ma question sera stupide et peu signifiante , mais je tente la sorte!
    J’aimerais beaucoup enseigner la langue française, mais j’ai seulement le Bac et une certification C2 de la langue française donc ma question c’est: est -il possible enseigner seulement avec cette certification ou il faidrait absoulement avoir une licence universitaire.
    J’aime à la folie la langue française et je l’étudie depuis 10ans(j’ai 19 ans ), et donc je voudrais l’enseigner.
    Merci d’avance pour vos réponses, même si negatives , peu importe !
    Cordialement
    Daniel

  • Sam

    @daniel : au vu de ce que tu me racontes, la seule possibilité pour toi, mais néanmoins intéressante, est de passer le DAEFLE, que tu peux faire via le CNED partout dans le monde, s’étalant sur une période de 10 mois à 4 ans… Un test d’entrée préalable est nécessaire (session de juillet et novembre avec inscription en juin et septembre). Avec ce diplôme, tu peux enseigne à l’alliance française et quelques entreprises/écoles acceptant ce diplôme dans le monde entier (ou en France selon tes envies). La formation coûte dans les 1500€, mais pourquoi ne pas travailler tout en l’exerçant ? (vu que tu peux le faire chez toi, au alentours d’une dizaine d’heures par semaine c’est largement possible). Du coup tu travailles tout en suivant une formation adaptée à tes envies.
    Enfin, le DAEFLE te permettra par la suite, si l’envie t’en dit, et aussi pour travailler ailleurs que dans les environnements cités plus hauts, de poursuivre via un Master 1 (maitrise) FLE, car équivalant à une « licence ». Du coup tu gagnes du temps niveau étude et ne passe pas 3 ans pour obtenir une licence de lettres nécessaire pour poursuivre en M1 FLE.
    Pour le DAEFLE, seul le bac est nécessaire (ta certification n’a malheureusement pas d’intérêt). N’hésite pas à te lancer si l’envie d’enseigner est forte, mais n’oublie pas la précarité existante dans le milieu du FLE. Si tu es jeune (ou pas d’ailleurs), un an de DAEFLE suivi de cours à l’étranger pour voir du pays et apprendre sur les différentes cultures est, à mon sens, une chance, le tout est de savoir que tu ne fais pas ça pour l’argent (à moins d’avoir de la chance) et que tes premiers mois (années ?), tu entretiens un niveau précaire de vie pour te faire de l’expérience.
    En espérant t’avoir renseigner et que d’autres dans ton cas puissent y trouver également une réponse.

  • fourati

    Bonjour Amélie,

    Je trouve que votre article est très intéressant et répond à de nombreuses questions par rapport au domaine de FLE.
    Je souhaiterais savoir svp comment peut-on enseigner le FLE en tant que professeur contractuel dans des établissements du second degrés ( collège/ lycée)? Autrement, quelle démarche dois-je suivre ?
    Sachant que je possède déjà d’un Master2 Recherche Lettres modernes à l’université de Toulouse 2 Le Mirail. J’étais déjà professeur contractuel de français lettres modernes et j’ai effectué des postes de remplacement dans l’Académie de Toulouse.Et j’ai les épreuves d’admissibilité du capes externe lettres modernes. J’ai pris option FLE pour passer l’épreuve didactique du capes et depuis j’ai adoré cette matière !car j’ai suivi des cours de formation à l(iufm pendant mon année prépa concours + des stages de fle) je souhaiterais m’orienter vers le fle ! je ne sais comment faut-il faire pour effectuer quelques poste de remplacements afin d’approfondir mes connaissances dans ce domaine! Merci par avance.

  • Gaele Thiebaud-Lefebvre

    Bonjour,

    Je suis titulaire d´un DEA en sciences sociales, d´un diplome de licence LEA et prof de FLE depuis plusieurs années dans différentes institutions (Institut français, école de langue pour un public pro, école française en Espagne). Mais je n´ai pas de Master FLE. Est-ce que je pourrais enseigner à l´université en Espagne (privée/publique) ? Merci.

Restez en contact avec nous

Soyez notifiés de l'activité du Café du FLE lors:

 

- D'évènements

- D'articles publiés

- De nouveautés liées au FLE

 

  • Des articles sélectionnés
  • Gestion de centre et pédagogie
  • Bonne humeur !

Recevez gratuitement la lettre du FLE